Bienvenue au site officiel de l'Ambassade du Liban à Dakar - www.ambaliban.sn – L’Ambassade du Liban vous informe qu’elle a commencé la procédure de la réception des demandes pour les nouveaux passeports (format 2003). -  Lebanon Expo Milano 2015 du er Mai au 31 Octobre à Milan en Italie - www.ambaliban.sn
Amin Maalouf
 
Amin Maalouf Académie française

 Est  officiellement reçu à l’Académie française le jeudi 14 juin 2012, un an après son élection le jeudi 23 juin 2011 au premier tour. Le célèbre écrivain occupera le fauteuil n° 29 de Claude Lévi-Strauss.

50 jours à 50%

L’Ambassadeur du Liban vous annonce que dans l’objectif d’encourager le tourisme au Liban, le Ministère du Tourisme libanais, a déclaré la campagne des « 50 jours à 50% » au Liban allant du 8 janvier au 28 février 2013.

 

lire la suite... 

 

compteur

Affiche le nombre de clics des articles : 569189
Tripoli
Tripoli
Tripoli (Trablos), à 85 km au nord de Beyrouth, est la capitale du Liban-Nord et la seconde ville du Liban. C'est une ville d'une hospitalité légendaire où le présent s'accom- mode de l'histoire et où l'activité économique trépidante se double d'un style de vie décontracté.

Tripoli recèle d'innombrables vestiges parmi lesquels une quarantaine de monuments, datant pour la plupart du 14ème siècle, ont été inscrits à l'inventaire des monuments historiques. On y dénombre une douzaine de mosquées mamlukes et ottomanes, autant de madras sas ou écoles coraniques et un certain nombre de khans, ou caravansérails, et de hammams ou bains publics, qui perpétuent la dis- position des thermes romains et byzantins. Quant aux souks, ils constituent avec les khans un espace où tailleurs, bijoutiers, parfumeurs, tanneurs, fabricants de savon et d'autres corps de métiers, se regroupent dans mi environnement qui n'a presque pas changé depuis le Moyen Age.

HISTOIRE

Quoique les sources historiques et quelques vestiges archéologiques penI1ettent aujourd'hui d'affirmer que Tripoli existait déjà au 14ème siècle avant J.-C., l'histoire de la ville ne peut être suivie avec une relative précision qu'à partir du 9ème siècle avant notre ère. C!était en effet l'époque au cours de laquelle des Phéniciens avaient établi sur la pointe occidentale de la presqu'île un comptoir qui allait devenir à l'époque perse le siège d'une confédération groupant les Sidoniens, les Tyriens et les Aradiens. Le site, doté de ports naturels et protégé par un chapelet d'îlots qui s'égrènent en face du rivage, commandait l'une des voies militaires et commerciales les plus importantes de la région.

Au cours de l'époque hellénistique, sous les successeurs d'Alexandre le Grand, Tripoli servit de base navale importante et accéda vers la fin de cette époque à une certaine autonomie. Mais c'est surtout au cours de l'époque romaine que la ville atteint l'apogée de son développement et se pare de nombreux monuments. Cette ville florissante fut toutefois détruite en 551, au cours de l'époque byzantine, par un terrible tremblement de terre et un gigantesque raz de marée.

Peu après 635 Tripoli devint une importante; base navale sous les Omayyades. Elle devait cependant accéder à une certaine indépendance sous les Fatimides et devint un centre culturel d'une grande réputation.

Au début du 12ème siècle, Tripoli est assiégée par les Croisés qui l'occupent en 1109. La ville subit alors de grands dommages qui affecteront particulièrement la riche bibliothèque; de sa " Maison de la Science" avec ses milliers d’ouvrages.

Au cours de l'époque des Croisades, Tripoli était la capitale du Comté qui portait son nom. Elle tomba en 1289 entre les mains du Sultan Mamluk Qalaoun qui donna alors l'ordre de raser la vieille ville, sise sur la presqu'île d'Al-Mina, et de construire une nouvelle plus à l'intérieur des terres, au pied du Château franc. C'est alors que l'on commença à construire les monuments qui donnent aujourd'hui à la ville son cachet propre. Sous les Ottomans, entre 1516 et 1918, Tripoli devait garder sa prospérité, et nombreux sont les monuments de la ville qui appartiennent à cette époque.

Fouilles archéologiques

Les vestiges antiques de Tripoli n'ont pas été soumis à une activité archéologique systématique du fait qu'ils gisent sous les constructions modernes d'Al-Mina. Les fouilles entreprises dans cette zone ont toutefois permis la mise au jour d'une partie des quais de l'ancien port sud et d'une nécropole de la fin de l'époque hellénistique. Une fouille effectuée à l'intérieur du Château a permis d'autre part de découvrir un certain nombre de vestiges remontant à l'Age du Bronze, à l'Âge du Fer, ainsi qu'aux époques romaine, byzantine et fatimide.

QUELQUES ENDROITS À VISITER

1. Le Château
Dominant la ville de sa masse, le Château de Tripoli ou Château de Saint-Gilles (Qal'at Sanjil) a été J'objet de nombreuses restaurations et réfections au cours de son histoire. De nos jours on peut y voir une construction octogo- nale d'époque fatimide (llème siècle), trans- formée en église par les Croisés, quelques structures de l'époque des Croisades (12ème- 13èmesiècles), des additions datant de l'époque mamluke (l4ème siècle) et de l'époque ottomane (16ème siècle). Toutefois, l'état actuel de cette puissante forteresse de 140m de long et de 70m de large, est dû aux grands travaux de restauration entrepris par Mustapha Barbar Agha; gouverneur de Tripoli au début du 19ème siècle.

2. L'église Saint-Jean du Mont-Pèlerin
D'importants vestiges de cette église de l'époque des Croisades ont été trouvés à quelques ZOOm. au sud du Château, dans le cimetière maronite de Saint-Jean sur la colline d'Abu Samra. Il s'agit d'une église double, dont la plus grande chapelle se termine par une abside semi-circulaire et la plus petite par une abside rectangulaire.

3. La Grande Mosquée
Commencée en 1294 et achevée en 1315, la Grande Mosquée avait été construite à la place d'un monument croisé du 12ème siècle: la Cathédrale de Sainte Marie de la Tour. Elle consiste en une vaste cour entourée de portiques donnant sur une salle de prière couverte de voûtes et d'une coupole. On y décèle quelques éléments d'architecture occidentale parmi lesquels le portail nord et la tour du clocher de style lombard transformé en minaret. Les nombreuses plaques inscrites, incrustées dans les murs de la Grande Mosquée, fournissent des informations sur le monument autant que sur les détails de la vie quotidienne de l'époque mamluke.

4. Mosquée Taynâl
Elle fut construite en 1336 sur l'emplacement de l'Église croisée des Carmes par l'Émir Saïf ed-Dîne Taynâl, dont le mausolée se trouve accolé à la seconde salle de prière. Certains éléments de l'ancienne église, dont des colonnes de granite et des chapiteaux de marbre d'époque romaine tardive, ont été réutilisés dans la première salle de prière. La porte monumentale qui sépare les deux salles de prière est un exemple de la richesse du décor architectural de l'époque mamluke.

5. Mosquée Al-Mu'a1laq
Cette mosquée à minaret octogonal construite vers le milieu du 16ème s., semble devoir son nom de "Mosquée suspendue" au fait qu'elle a été aménagée à J'étage.

6. Mosquée-Madrassa Al-BUrtasiyat
Cette mosquée-madrassa, construite au cours du premier quart du 14ème siècle, est couverte de coupoles sur pendentifs. Son mur sud est orné de marbres polychromes et comporte un' mihrâb richement décoré d'une mosaïque dorée. Son minaret carré, orné de baies géminées, est construit immédiatement au-dessus de la porte.

7. Madrassa Al-Qartâwiyat
Construite durant .le premier quart du 14ème siècle, cette madrassa compte parmi les monuments les plus décorés de Tripoli. Sa porte d'entrée est ornée de stalactites et de panneaux de marbres "polychromes et sa salle de prière est couverte d'une coupole ovale.

8. Madrassa At- Tu'Yashiyat
Ce monument, doublé d'un mausolée, a été construit durant ta seconde moitié du 15 ème s. Le mur de façade, avec ses assises alternées de grès et de basalte noir est dominé par la porte dont le sommet, en forme de coquille, est décoré de zigzags rayonnants, de .pendentifs et de colonnettes torsadées.

9. Khanqah
Ce monument, uni- que au Liban, fut construit durant la seconde moitié du 15ème siècle pour accueillir des Soufis. Il consiste en une tour à ciel ouvert et à bassin central, entourée de petites chambres et d'une plate-forme surélevée, un iwân, qui s'ouvre derrière un grand arc à claveaux blancs et noirs' supportés par deux colonnes de granite.

La Grande Mosquée
10. Hammam 'Izz ed-Dîne (II) Offert à la ville par son gouverneur 'Izz ed- Dîne Aïbak, mort en" 1298 et dont la sépulture se trouve dans un mausolée adjacent, ce bain public occupe l'emplacement de l'église et de l'hospice Saint-Jacques datant de l'époque des Croisades. Le porche conserve encore une plaque inscrite au nom du saint entre deux coquilles, tandis que le linteau de la porte est orné de l'Agneau pascal. Partiellement détruit et hors d'usage, il est aujourd'hui en cours de restauration. 11. Hammam el-'Abd (près de Khan as-Saboun) Construit vers la fin du 17ème siècle, c'est le seul bain encore en activité à Tripoli. Avec ses coupoles à bulles de verre, il illustre la disposition et l'ambiance des bains publics mamluks et ottomans

12. Hammain al-Jadid
Quoique hors service depuis son expropriation et sa restauration au début des années soixante-dix, le "Nouveau Bain" construit en 1740, est le plus vaste ensemble de ce genre à Tripoli.

13. Khan al-Khayyatîne
Khan al-Khayyatîne ou "des tailleurs" fut construit durant la première moitié du 14ème siècle sur les ruines d'un édifice plus ancien. Aujourd'hui restauré, il consiste en une longue allée couverte, bordée de boutiques et de chambres à l'étage. Juste devant l'entrée ouest se dresse une colonne de granite surmontée d'un beau chapiteau corinthien en marbre.

14. Khan al-Misriyyîne
" Le caravansérail des Égyptiens" paraît avoir été construit durant la première moitié du 14ème siècle. Il adopte la disposition classique des établissements similaires avec une cour à ciel ouvert comprenant un bassin central et entouré de magasins au rez-de-chaussée et de chambres à l'étage s'ouvrant sous des portiques.

15. Souk al-Haraj
Ce monument exceptionnel du 14ème siècle. est un marché couvert occupé de nos jours par des matelassiers. Ses voûtes d'arêtes s'appuient sur 14 colonnes de granite qui semblent avoir appartenu à une structure plus ancienne.

16. La Tour des Lions
Alors que la plupart des tours et fortins qui protégeaient .les rivages tripolitains à l'époque mamluk ont disparu ou ont été incorporés dans des constructions ultérieures, la Tour des Lions reste remarquablement bien conservée depuis le milieu du 15ème siècle, date de sa construction. Elle doit son nom actuel aux lions sculptés jadis au-dessus de son entrée. Elle est dotée d'une porte où alternent les assises de pierres blanches et noires et se compose dd deux étages voûtés. Ses murs extérieurs montrent l'utilisation des fûts de colonnes romaines en boutisse.

TRIPOLI AUJOURD'HUI
L'agglomération moderne de Tripoli, avec 500.000 habitants environ, se divise en deux parties: AI-Mina, qui comprend la zone du port et recouvre la cité antique, et la ville même de Tripoli qui comprend la ville médiévale, construit au pied du Château, avec ses monuments historiques. C'est autour de ce noyau que la ville moderne s'est développée, avec ses diverses activités commerciales, bancaires et de loisirs. Le secteur dit "at-Tall", dominé par la tour de l'horloge construite en 1901/2, constitue le coeur de Tripoli. Faire des achats dans Tripoli signifie nécessairement une visite des vieux souks où s'accumulent les marchandises et les denrées les plus diverses. Mais Tripoli est surtout réputée pour son souk des bijoutiers, ses pâtisseries typiques, son savon à base d'huile d'olive, ses narguilés et surtout pour ses objets en cuivre martelé.

Foire internationale de Tripoli
Tripoli possède une foire internationale dont on doit le plan au célèbre architecte brésilien Oscar Niemeyer. Cette foire est un centre où se tiennent régulièrement diverses manifestations commerciales.

Si vous avez le temps...
Les îlots de Tripoli. Face au rivage s'égrène un chapelet d'îlots dont le plus important est l'île des Palmiers ou des Lapins. Protégée par l'UNESCO en 1992, c'est, aujourd'hui une réserve naturelle fréquentée par les tortues de mer et les oiseaux migrateurs et contient quelques vestiges romains et croises.

Qalamoun, au sud de Tripoli, est réputée pour son artisanal du cuivre. La route qui traverse la localité est bordée d'ateliers et de boutique où sont exposés des milliers d'objets fabriqués et martelés selon le mode traditionnel.

Quelques informations utiles
Un Bureau d'Information (Tél. 06-433590) se trouve à l'entrée,sud de Tripoli, sur la place Abd el-Hamid karami. Porter des chaussures adéquates pour la visite des souks de la vieille ville. Les femmes devraient se munir d'écharpes et de tenues décentes pour la visite des, mosquées. .Au cas où certains monuments seraient fermés, ne pas hésiter à en demander la clé au magasin avoisinant.

 
Tripoli
Tripoli (Trablos), à 85 km au nord de Beyrouth, est la capitale du Liban-Nord et la seconde ville du Liban. C'est une ville d'une hospitalité légendaire où le présent s'accom- mode de l'histoire et où l'activité économique trépidante se double d'un style de vie décontracté.

Tripoli recèle d'innombrables vestiges parmi lesquels une quarantaine de monuments, datant pour la plupart du 14ème siècle, ont été inscrits à l'inventaire des monuments historiques. On y dénombre une douzaine de mosquées mamlukes et ottomanes, autant de madras sas ou écoles coraniques et un certain nombre de khans, ou caravansérails, et de hammams ou bains publics, qui perpétuent la dis- position des thermes romains et byzantins. Quant aux souks, ils constituent avec les khans un espace où tailleurs, bijoutiers, parfumeurs, tanneurs, fabricants de savon et d'autres corps de métiers, se regroupent dans mi environnement qui n'a presque pas changé depuis le Moyen Age.

HISTOIRE

Quoique les sources historiques et quelques vestiges archéologiques penI1ettent aujourd'hui d'affirmer que Tripoli existait déjà au 14ème siècle avant J.-C., l'histoire de la ville ne peut être suivie avec une relative précision qu'à partir du 9ème siècle avant notre ère. C!était en effet l'époque au cours de laquelle des Phéniciens avaient établi sur la pointe occidentale de la presqu'île un comptoir qui allait devenir à l'époque perse le siège d'une confédération groupant les Sidoniens, les Tyriens et les Aradiens. Le site, doté de ports naturels et protégé par un chapelet d'îlots qui s'égrènent en face du rivage, commandait l'une des voies militaires et commerciales les plus importantes de la région.

Au cours de l'époque hellénistique, sous les successeurs d'Alexandre le Grand, Tripoli servit de base navale importante et accéda vers la fin de cette époque à une certaine autonomie. Mais c'est surtout au cours de l'époque romaine que la ville atteint l'apogée de son développement et se pare de nombreux monuments. Cette ville florissante fut toutefois détruite en 551, au cours de l'époque byzantine, par un terrible tremblement de terre et un gigantesque raz de marée.

Peu après 635 Tripoli devint une importante; base navale sous les Omayyades. Elle devait cependant accéder à une certaine indépendance sous les Fatimides et devint un centre culturel d'une grande réputation.

Au début du 12ème siècle, Tripoli est assiégée par les Croisés qui l'occupent en 1109. La ville subit alors de grands dommages qui affecteront particulièrement la riche bibliothèque; de sa " Maison de la Science" avec ses milliers d’ouvrages.

Au cours de l'époque des Croisades, Tripoli était la capitale du Comté qui portait son nom. Elle tomba en 1289 entre les mains du Sultan Mamluk Qalaoun qui donna alors l'ordre de raser la vieille ville, sise sur la presqu'île d'Al-Mina, et de construire une nouvelle plus à l'intérieur des terres, au pied du Château franc. C'est alors que l'on commença à construire les monuments qui donnent aujourd'hui à la ville son cachet propre. Sous les Ottomans, entre 1516 et 1918, Tripoli devait garder sa prospérité, et nombreux sont les monuments de la ville qui appartiennent à cette époque.

Fouilles archéologiques

Les vestiges antiques de Tripoli n'ont pas été soumis à une activité archéologique systématique du fait qu'ils gisent sous les constructions modernes d'Al-Mina. Les fouilles entreprises dans cette zone ont toutefois permis la mise au jour d'une partie des quais de l'ancien port sud et d'une nécropole de la fin de l'époque hellénistique. Une fouille effectuée à l'intérieur du Château a permis d'autre part de découvrir un certain nombre de vestiges remontant à l'Age du Bronze, à l'Âge du Fer, ainsi qu'aux époques romaine, byzantine et fatimide.

QUELQUES ENDROITS À VISITER

1. Le Château
Dominant la ville de sa masse, le Château de Tripoli ou Château de Saint-Gilles (Qal'at Sanjil) a été J'objet de nombreuses restaurations et réfections au cours de son histoire. De nos jours on peut y voir une construction octogo- nale d'époque fatimide (llème siècle), trans- formée en église par les Croisés, quelques structures de l'époque des Croisades (12ème- 13èmesiècles), des additions datant de l'époque mamluke (l4ème siècle) et de l'époque ottomane (16ème siècle). Toutefois, l'état actuel de cette puissante forteresse de 140m de long et de 70m de large, est dû aux grands travaux de restauration entrepris par Mustapha Barbar Agha; gouverneur de Tripoli au début du 19ème siècle.

2. L'église Saint-Jean du Mont-Pèlerin
D'importants vestiges de cette église de l'époque des Croisades ont été trouvés à quelques ZOOm. au sud du Château, dans le cimetière maronite de Saint-Jean sur la colline d'Abu Samra. Il s'agit d'une église double, dont la plus grande chapelle se termine par une abside semi-circulaire et la plus petite par une abside rectangulaire.

3. La Grande Mosquée
Commencée en 1294 et achevée en 1315, la Grande Mosquée avait été construite à la place d'un monument croisé du 12ème siècle: la Cathédrale de Sainte Marie de la Tour. Elle consiste en une vaste cour entourée de portiques donnant sur une salle de prière couverte de voûtes et d'une coupole. On y décèle quelques éléments d'architecture occidentale parmi lesquels le portail nord et la tour du clocher de style lombard transformé en minaret. Les nombreuses plaques inscrites, incrustées dans les murs de la Grande Mosquée, fournissent des informations sur le monument autant que sur les détails de la vie quotidienne de l'époque mamluke.

4. Mosquée Taynâl
Elle fut construite en 1336 sur l'emplacement de l'Église croisée des Carmes par l'Émir Saïf ed-Dîne Taynâl, dont le mausolée se trouve accolé à la seconde salle de prière. Certains éléments de l'ancienne église, dont des colonnes de granite et des chapiteaux de marbre d'époque romaine tardive, ont été réutilisés dans la première salle de prière. La porte monumentale qui sépare les deux salles de prière est un exemple de la richesse du décor architectural de l'époque mamluke.

5. Mosquée Al-Mu'a1laq
Cette mosquée à minaret octogonal construite vers le milieu du 16ème s., semble devoir son nom de "Mosquée suspendue" au fait qu'elle a été aménagée à J'étage.

6. Mosquée-Madrassa Al-BUrtasiyat
Cette mosquée-madrassa, construite au cours du premier quart du 14ème siècle, est couverte de coupoles sur pendentifs. Son mur sud est orné de marbres polychromes et comporte un' mihrâb richement décoré d'une mosaïque dorée. Son minaret carré, orné de baies géminées, est construit immédiatement au-dessus de la porte.

7. Madrassa Al-Qartâwiyat
Construite durant .le premier quart du 14ème siècle, cette madrassa compte parmi les monuments les plus décorés de Tripoli. Sa porte d'entrée est ornée de stalactites et de panneaux de marbres "polychromes et sa salle de prière est couverte d'une coupole ovale.

8. Madrassa At- Tu'Yashiyat
Ce monument, doublé d'un mausolée, a été construit durant ta seconde moitié du 15 ème s. Le mur de façade, avec ses assises alternées de grès et de basalte noir est dominé par la porte dont le sommet, en forme de coquille, est décoré de zigzags rayonnants, de .pendentifs et de colonnettes torsadées.

9. Khanqah
Ce monument, uni- que au Liban, fut construit durant la seconde moitié du 15ème siècle pour accueillir des Soufis. Il consiste en une tour à ciel ouvert et à bassin central, entourée de petites chambres et d'une plate-forme surélevée, un iwân, qui s'ouvre derrière un grand arc à claveaux blancs et noirs' supportés par deux colonnes de granite.

La Grande Mosquée
10. Hammam 'Izz ed-Dîne (II) Offert à la ville par son gouverneur 'Izz ed- Dîne Aïbak, mort en" 1298 et dont la sépulture se trouve dans un mausolée adjacent, ce bain public occupe l'emplacement de l'église et de l'hospice Saint-Jacques datant de l'époque des Croisades. Le porche conserve encore une plaque inscrite au nom du saint entre deux coquilles, tandis que le linteau de la porte est orné de l'Agneau pascal. Partiellement détruit et hors d'usage, il est aujourd'hui en cours de restauration. 11. Hammam el-'Abd (près de Khan as-Saboun) Construit vers la fin du 17ème siècle, c'est le seul bain encore en activité à Tripoli. Avec ses coupoles à bulles de verre, il illustre la disposition et l'ambiance des bains publics mamluks et ottomans

12. Hammain al-Jadid
Quoique hors service depuis son expropriation et sa restauration au début des années soixante-dix, le "Nouveau Bain" construit en 1740, est le plus vaste ensemble de ce genre à Tripoli.

13. Khan al-Khayyatîne
Khan al-Khayyatîne ou "des tailleurs" fut construit durant la première moitié du 14ème siècle sur les ruines d'un édifice plus ancien. Aujourd'hui restauré, il consiste en une longue allée couverte, bordée de boutiques et de chambres à l'étage. Juste devant l'entrée ouest se dresse une colonne de granite surmontée d'un beau chapiteau corinthien en marbre.

14. Khan al-Misriyyîne
" Le caravansérail des Égyptiens" paraît avoir été construit durant la première moitié du 14ème siècle. Il adopte la disposition classique des établissements similaires avec une cour à ciel ouvert comprenant un bassin central et entouré de magasins au rez-de-chaussée et de chambres à l'étage s'ouvrant sous des portiques.

15. Souk al-Haraj
Ce monument exceptionnel du 14ème siècle. est un marché couvert occupé de nos jours par des matelassiers. Ses voûtes d'arêtes s'appuient sur 14 colonnes de granite qui semblent avoir appartenu à une structure plus ancienne.

16. La Tour des Lions
Alors que la plupart des tours et fortins qui protégeaient .les rivages tripolitains à l'époque mamluk ont disparu ou ont été incorporés dans des constructions ultérieures, la Tour des Lions reste remarquablement bien conservée depuis le milieu du 15ème siècle, date de sa construction. Elle doit son nom actuel aux lions sculptés jadis au-dessus de son entrée. Elle est dotée d'une porte où alternent les assises de pierres blanches et noires et se compose dd deux étages voûtés. Ses murs extérieurs montrent l'utilisation des fûts de colonnes romaines en boutisse.

TRIPOLI AUJOURD'HUI
L'agglomération moderne de Tripoli, avec 500.000 habitants environ, se divise en deux parties: AI-Mina, qui comprend la zone du port et recouvre la cité antique, et la ville même de Tripoli qui comprend la ville médiévale, construit au pied du Château, avec ses monuments historiques. C'est autour de ce noyau que la ville moderne s'est développée, avec ses diverses activités commerciales, bancaires et de loisirs. Le secteur dit "at-Tall", dominé par la tour de l'horloge construite en 1901/2, constitue le coeur de Tripoli. Faire des achats dans Tripoli signifie nécessairement une visite des vieux souks où s'accumulent les marchandises et les denrées les plus diverses. Mais Tripoli est surtout réputée pour son souk des bijoutiers, ses pâtisseries typiques, son savon à base d'huile d'olive, ses narguilés et surtout pour ses objets en cuivre martelé.

Foire internationale de Tripoli
Tripoli possède une foire internationale dont on doit le plan au célèbre architecte brésilien Oscar Niemeyer. Cette foire est un centre où se tiennent régulièrement diverses manifestations commerciales.

Si vous avez le temps...
Les îlots de Tripoli. Face au rivage s'égrène un chapelet d'îlots dont le plus important est l'île des Palmiers ou des Lapins. Protégée par l'UNESCO en 1992, c'est, aujourd'hui une réserve naturelle fréquentée par les tortues de mer et les oiseaux migrateurs et contient quelques vestiges romains et croises.

Qalamoun, au sud de Tripoli, est réputée pour son artisanal du cuivre. La route qui traverse la localité est bordée d'ateliers et de boutique où sont exposés des milliers d'objets fabriqués et martelés selon le mode traditionnel.

Quelques informations utiles
Un Bureau d'Information (Tél. 06-433590) se trouve à l'entrée,sud de Tripoli, sur la place Abd el-Hamid karami. Porter des chaussures adéquates pour la visite des souks de la vieille ville. Les femmes devraient se munir d'écharpes et de tenues décentes pour la visite des, mosquées. .Au cas où certains monuments seraient fermés, ne pas hésiter à en demander la clé au magasin avoisinant.